Présentation de la méthodologie de diversification d’activités par l’innovation fondée sur les actifs de l’entreprise – Partie I

La méthodologie de pivotement d’activités par l’innovation, fondée sur les actifs de l’entreprise, est présentée brièvement dans ce premier article.

Cette méthode est une alternative aux méthodes classiques d’innovation de type « techno-push » ou « market-pull », lesquelles requièrent des analyses de benchmarking qui bien souvent incitent à se comparer à la concurrence, et donc à se positionner par rapport à celle-ci, s’enfermant alors dans une logique d’imitation.

La méthode d’innovation, fondée sur les actifs, ne part pas de la concurrence comme source d’inspiration de la production d’innovations. Elle s’inspire du pivotement d’un individu : celui-ci doit laisser un pied posé fermement sur le sol, tandis que l’autre pied effectue une rotation sans appui. Cette rotation introduit un déséquilibre et ce déséquilibre est une configuration idéale pour explorer de nouveaux territoires. De plus le pied en rotation ne peut pas décrire un mouvement de rotation trop éloigné du pied en appui, ni se poser n’importe où.

Ainsi, dans le cas du pivotement d’une PME par l’innovation, le sol sur lequel s’appuyer pour effectuer cet exercice est constitué par les actifs de l’entreprise. Comme un sol ferme, ceux-ci doivent être suffisamment « solides » pour permettre le mouvement de pivotement (voir notre article: https://wisepro.fr/2021/04/26/des-actifs-solides-suffisent-ils-pour-le-succes-dune-diversification/). Les piliers (outil de production, savoir-faire, R&D, réseaux commerciaux,…) sur lesquels reposent le fonctionnement de l’entreprise déterminent ces actifs et leur solidité. De plus, les combinaisons d’actifs – ou synergie d’actifs – constituent un avantage concurrentiel difficilement imitable.

De même que la rotation du corps d’un individu ne peut s’effectuer que dans un périmètre donné autour de son centre de gravité, le pivotement d’une entreprise ne peut s’effectuer que dans certains périmètres autour de ses actifs ou de ses synergies d’actifs. Un tel pivotement est fondé sur un risque maîtrisé (technique, commercial, culturel, financier)  car ce sont les actifs qui sont le point de départ du pivotement et qui définissent son périmètre. La première étape consistera donc à évaluer les actifs de l’entreprise et les combinaisons d’actifs.

Cependant, si identifier les actifs solides constitue la première étape sur laquelle se fonde la méthode, il est indispensable de réintégrer ces actifs dans le schéma globale de l’organisation afin d’en évaluer l’agilité. Sans agilité, il est illusoire d’entraîner une entreprise vers une diversification d’activités quelle que soit la solidité des actifs (voir notre article: https://wisepro.fr/2021/04/12/lagilite-une-cle-pour-sengager-dans-un-pivotement-dactivites/). 

En effet, un tel mouvement requiert également une agilité certaine ainsi qu’une capacité d’adaptation à une nouvelle position. Si ces qualités font défaut à l’entreprise – et c’est le cas des grandes entreprises ou des entreprises en situation de monopole sur un marché ou encore des entreprises de spécialisation (qui ont investi massivement dans des outils de production destinés exclusivement à une filière)  ; lesquelles ont paradoxalement le plus besoin de pivoter – alors le pivotement qui devrait être une exploration opportuniste de relais de croissance, se transforme en une épreuve risquée que l’entreprise va rapidement éradiquer. La difficulté de cette approche de création de valeur par pivotement d’activités est d’intervenir par anticipation des difficultés qui s’annoncent avant que celles-ci ne tétanisent l’entreprise dans une immobilité mortifère.

Catégorie